09/01/2020

Les appellations d'origine et indications protégées, comment s'y retrouver ?

Crème d’Isigny, Comté, volaille de Bresse, miel de sapin des Vosges, noix de Grenoble, piment d’Espelette… Quand vous faites vos courses, avez-vous déjà remarqué les petits sigles « AOP », « IGP » ou « AOC » ? Peut-être même que cela influence vos choix, et que vous mettez plus facilement ces aliments dans votre panier. Mais savez-vous ce que veulent dire ces mentions, et qui les attribue ? Sous couvert de protection des produits du terroir, on voit apparaître tout un florilège de sigles, sans vraiment en connaître la signification. Pour vous aider à vous repérer parmi toutes ces appellations, nous vous avons préparé un petit dossier spécial. Ne vous faites plus jamais avoir sur la qualité de vos aliments !

Les appellations officielles

Au milieu du flot de sigles sur les étiquettes, il est difficile de distinguer ceux qui récompensent la qualité des produits, de ceux qui ne sont que des logos achetés par le vendeur pour faire de la pub. Dans ce domaine, c’est l’institut national de l’origine et de la qualité (INAO) qui a été délégué par le ministère de l’Agriculture pour distinguer les meilleurs produits fabriqués en France. Il existe donc 6 appellations officielles auxquelles vous pouvez vous fier en tant que consommateur : l’AOC, l’AOP, l’IGP, la STG, AB, et le Label Rouge. Tous les autres symboles que vous voyez sur les aliments n’ont pas de cahier des charges officiel à respecter.

AOC : l’appellation d’origine contrôlée

C’est le plus connu des signes d’identification de l’origine et de la qualité. Au départ, ce sont des vignerons qui se sont réunis pour créer un label qui distinguerait les grands crus des productions viticoles de moins bonne qualité. Une proposition de loi a été acceptée, et l’AOC a vu le jour dans les années 30. Ensuite, ce sigle a été étendu à d’autres produits qui respectent le même cahier des charges : une production et une transformation locales, ainsi qu’un savoir faire traditionnel. On retrouve donc dans la liste des AOC des produits aussi variés que des eaux-de-vie, des produits laitiers, des légumes, des viandes, des vins, des fruits, du miel, de l’huile d’olive, ou des moules.

AOP : l’appellation d’origine protégée

Ce sigle est très proche du précédent. L’AOP est en fait la désignation européenne d’une AOC. Depuis le début des années 90, les pays de l’Union européenne se sont rendu compte qu’il était crucial de protéger les produits du terroir face à la mondialisation. De ce fait, les appellations d’origine de chaque pays ont été harmonisées, et ont toutes le même cahier des charges. Cela garantit au consommateur une qualité aux standards élevés, peu importe où il se trouve en Europe.

IGP : l’indication géographie protégée

Ce label est lui aussi commun à tous les pays de l’Union européenne. Il est moins strict que l’AOP, et désigne des aliments dont une étape au minimum (production, transformation ou élaboration) a été effectuée dans le lieu indiqué. Cela veut donc dire que les ingrédients ne viennent pas nécessairement de la zone mentionnée, et qu’il n’y a pas obligatoirement un savoir-faire traditionnel mis en jeu dans la fabrication du produit. Parmi les IGP, on peut citer les œufs de Loué, l’agneau du Périgord, le jambon de Bayonne, la raclette de Savoie, le riz de Camargue, ou la mirabelle de Lorraine.

STG : la spécialité traditionnelle garantie

Ce logo européen s’applique cette fois à des recettes traditionnelles, qui ne sont pas forcément liées à un territoire. En France, ce label est très peu connu, et pour cause. Seulement une STG a été délivrée à la moule de Bouchot. Dans les autres pays d’Europe, il y a notamment la mozzarella, le jambon Serrano et plusieurs bières belges.

AB : agriculture biologique

Ce label est beaucoup plus connu, et devient de plus en plus populaire auprès des consommateurs. À l’heure actuelle, ce logo implique plus de 50 000 acteurs sur le terrain, qui s’efforcent de respecter une charte assez contraignante. L’agriculture biologique est un système global de production qui vise à maintenir les sols et les végétaux en bonne santé, en utilisant des produits n’ayant pas d’effets néfastes pour la biodiversité.

Le Label Rouge

Cette dernière appellation fait référence à des aliments dont la qualité est supérieure aux produits de la même gamme. Prenons par exemple un pot de miel. Il y en a des dizaines dans les rayons d’un supermarché, mais tous ne se valent pas. Certains sont issus de mélanges, d’autres viennent du bout du monde, sans réel contrôle. Avec le Label Rouge, vous avez la garantie que le miel vient d’un seul producteur, et que celui-ci respecte le bien-être de ses abeilles.

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour faire vos courses de manière éclairée, et favoriser les aliments issus du terroir et du savoir-faire français.

=> Voir les articles de notre blog voyage France

Partagez via..
Facebook Twitter LinkedIn Email